• Vous êtes ici :
  • Actualités

Jerzy Lis (1954-2014)

Jerzy Lis

Vice-président du Conseil National de l’Enseignement Supérieur et Croix d’argent du mérite de la République de Pologne pour l’ensemble de son activité didactique et scientifique, le professeur Jerzy Lis était une figure majeure de l’Université Adam Mickiewicz de Poznań avec laquelle les Archives & Musée de la littérature travaillent depuis le début des années 1990.

Vice-directeur de l’Institut de philologie romane, il s’était spécialisé dans les littératures française et francophones du XXe siècle. Il s’attachait tout particulièrement à ce qui relevait de l’autobiographie et de l’autofiction, comme de la littérature de filiation. En 1996, il avait publié Le Journal d’écrivain en France dans la première moitié du XXe. Bernanos ou Mauriac, Calet ou Duras, Mertens ou Goffette avaient ensuite, et entre autres, requis son attention.

L’exceptionnelle rigueur intellectuelle et morale de Jerzy Lis marquait en tout sa passion de la littérature. Il en fit bénéficier thésards et étudiants, et marqua de sa forte empreinte les études littéraires à Poznań. A sa façon claire et discrète, il joua également un rôle décisif dans l’histoire du pôle belge à Poznań.

Grand amateur de musique et de voyages, Jerzy Lis alliait l’élégance et la distance apparente à une profonde forme d’écoute et de partage. Celles-ci comme celles-là se découvraient et rayonnaient, par exemple, dans son goût et son art de partager l’art de la table.

Notre dernier entretien de ce type se déroula au milieu de la neige que redoublait le décor blanc du restaurant où nous nous trouvions. Cette soirée demeure un des moments les plus rares de ma vie. La conversation, presque hors temps, y suivit un cours amène. Celui-ci quitta rapidement la matière scientifique et académique dont elle était partie pour s’approcher pudiquement, et de plus en plus profondément, de ce qui fait l’existence.

La manière dont Jerzy Lis nous fît ensuite cheminer jusqu’au tram qui nous ramenait, sur la même ligne, dans nos deux directions respectives, en est comme l’ineffable et ineffaçable image.


Marc Quaghebeur