• Vous êtes ici :
  • Actualités

Fonds Afrique centrale : dernières acquisitions

Avec de récentes acquisitions d'archives, le Fonds Afrique Centrale des AML, créé au tournant des années 1990, voit ses collections archivistiques prendre de l'ampleur. Pointons quelques richesses de ce Fonds, à côté de sa bibliothèque ou de sa photothèque, et qui concernent aussi bien les Belges que les Congolais.


Paul Lomami Tchibamba (1914-1985), premier romancier congolais couronné pour Ngando par le jury du Prix de littérature coloniale.
Ses archives contiennent des manuscrits (Nkunga Maniongo, Kabundi et Nkashama, La Saga des Bakoyo Ngombe...) ; des revues (notamment des numéros de Liaison, revue culturelle fondée par l'auteur à Brazzaville), des illustrations et de la correspondance. Cette dernière jette sur la personnalité ombrageuse de l'auteur de nouveaux éclairages : son indépendance d'esprit vis-à-vis de l'autorité coloniale, comme sa maîtrise du jargon administratif et de l'art de la polémique. Le manuscrit de La Saga des Bakoyo Ngombe illustre de manière convaincante le savoir accumulé par Paul Lomami sur les peuples d'entre les bras du fleuve Congo.

Joseph-Albert Kompany wa Kompany (1937-2013), journaliste et chroniqueur, frappé de surdité en 1972, qui décide de se consacrer entièrement à la littérature.
L'Ogre-empereur ou le sorcier malgré lui constitue une fable lucide du régime mobutiste, écrite avant que l'auteur ne se réfugie en Belgique, en 1993. Ses manuscrits, parmi lesquels plusieurs inédits (Mon Noir, Quinze ans après, Le monstre marin de Liège, Le congrès des animaux au bois de la Cambre) mettent en lumière le travail d'un homme intègre, soucieux de transcrire le réel et de lui donner une profondeur symbolique.

Albert Maurice (1915-1988), Fondateur de L'Union Africaine des Arts et des Lettres et d'une revue culturelle essentielle, Jeune Afrique, il fut un homme-clé de la création de l'Université Officielle du Congo à Elisabethville, dont il devint le Secrétaire Général.
Ses archives font écho au remarquable parcours d'un homme de culture, (publications sur Henry Morton Stanley ; sur Félix Eboué ou sur René Maran, premier Noir à obtenir le Goncourt en 1921). Sa volumineuse correspondance (avec le ministre Auguste Buisseret, le Conseil d'Administration de l'UOC, les autorités katangaises puis congolaises) jette un éclat singulier sur les tribulations des institutions (notamment universitaires) du Congo au lendemain de l'indépendance.

Nicolas Joseph Muller (1903-1978). Cet administrateur colonial finit sa carrière comme Commissaire provincial.
Ses archives comportent une centaine de documents. Presque toutes sont inédites On y trouve aussi bien des essais politiques sur la 2e guerre mondiale, l'histoire de Haïti, la chefferie burundaise, la géopolitique..., que des oeuvres littéraires (surtout de la poésie) ; des essais sur la botanique et de nombreux journaux personnels proposant un choix de réflexions pénétrantes, écrites au fil des jours. Celles qui concernent les relations entre Blancs et Noirs dans la colonie (particulièrement au Burundi et au Katanga, régions dans lesquelles il a longtemps séjourné) sont particulièrement interpellantes par leur sagacité et leur justesse.


Jean-Claude Kangomba