• Vous êtes ici :
  • Actualités

Les AML et la littérature de langue française issue de l’ancien empire colonial de la Belgique

C’est en 1989 que les Archives & Musée de la Littérature entament leur travail à propos de l’Afrique centrale. Les AML y constituent un fonds scientifique spécifique. Elles organisent en outre des expositions et colloques, et lancent diverses publications ou collections en rapport avec le Burundi, le Congo et le Rwanda.

Cette dynamique concerne essentiellement la littérature - domaine moins pris en compte à Tervueren que d’autres aspects de la vie des trois pays qui furent sous tutelle coloniale de la Belgique. C’est que les écrivains qui s’attachent à l’Afrique centrale sont de longue date les grands absents des manuels ou études qui s’intéressent à la production littéraire francophone de la Belgique.

Autre particularité, la démarche des AML s’attache tout de suite aux productions belges écrites à partir de (ou sur) l’Afrique centrale ainsi qu’aux textes écrits en français par des Congolais, des Burundais et des Rwandais – et ce, dès 1910, pour les premiers.

Ces divers champs littéraires sont également souvent occultés dans les études francophones. Les AML entendent pallier ces carences et mettre sur pied, en sus, un comparatisme historique. Et ce, en mettant en batterie des textes d’Africains ou de Belges écrits durant les mêmes tranches chronologiques. De quoi permettre de faire enfin l’Histoire. En comblant ces lacunes importantes dans le champ des littératures francophones, et en étudiant ces auteurs, les AML cherchent à contribuer à la nécessaire complexification de l’approche des littératures porteuses d’un autre avenir de la langue.

[lire tout le texte de Marc Quaghebeur]