• Vous êtes ici :
  • Actualités

Emile Verhaeren : exposition et publications

Pour les paysages de l’Escaut comme pour les tableaux de ses amis, les peintres novateurs de la fin du XIXe siècle, Verhaeren a forgé les mots capables de les immortaliser.

L’exposition que les Archives & Musée de la Littérature organisent depuis le 28 septembre au Musée des Beaux-Arts de Tournai, le seul musée conçu par Victor Horta, véritable palais de la lumière, fait dialoguer tableaux et dessins (de Manet, Seurat, Maillol ou Redon, Ensor et Meunier, Finch ou Khnopff) avec les manuscrits, correspondances, éditions illustrées ou annotées qui voient le poète se plonger dans tous les contrastes de la lumière et de la couleur, et les animer de sa fougue, la passion du vivant. L’exposition reste ouverte au public jusqu’au 18 décembre.

Un livre, intitulé Des lueurs du fleuve à la lumière de la peinture. Emile Verhaeren et les siens, accompagne l'exposition et propose une traversée originale de la vie et de l'œuvre du poète.

Par ailleurs, en cette fin d’année marquée par le centenaire de la mort du poète, viennent d’être publiés dans la collection Archives du Futur, trois nouveaux volumes de sa Poésie complète ; ils ont été présentés lors de la soirée de remise du Prix Triennal de la Ville de Tournai à Veronika Mabardi pour son roman, Les Cerfs, le 25 novembre (voir les photos de l'événement).

Jean-Pierre Bertrand et Aurélie Mellen éditent un choix de Poèmes en prose, qui constituent le volume 9 de la série. Véritable laboratoire de l’écriture verhaerenienne comme de sa modernité, ces textes, inédits en recueil, offrent au poète l’occasion d’expérimenter des formes qui font voler en éclats les cadres syntaxique, lexical et prosodique du langage.

Le volume 10 rassemble deux recueils majeurs des années 1900, Les Forces tumultueuses et La Multiple Splendeur, dans lesquels Verhaeren s’enthousiasma pour la vie et l’homme sous toutes ses formes, dans un lyrisme débridé.

Pour sa part, le volume 11 se consacre aux Ailes rouges de la guerre, seul recueil poétique de guerre de l’auteur, publié à peine quelques jours avant sa mort accidentelle. S’y ajoutent quelques poèmes inédits en recueil, publiés à l’époque dans des périodiques. L’édition critique de ces deux volumes est assurée par Michel Otten et Laurence Boudart.