Emile Verhaeren [BE] (1855-1916) (8 trouvées)

Acheter

Théâtre : Le Cloître ; Philippe II

Emile Verhaeren ; édition critique établie par Michel Otten et Christophe Meurée
Le tournant du siècle déploie toute la palette du talent et des contradictions de Verhaeren. Les grandes monographies consacrées à Rembrandt et à Ensor le voient célébrer l'idéale lumière et la couleur ; les recueils des Forces tumultueuses et de La Multiple Splendeur (tome 10 de la Poésie complète) magnifient la vie de façon quasi païenne et témoignent d'une profonde espérance en l'avenir humain.
Verhaeren travaille en revanche le continent sombre qui le hante depuis toujours à travers le théâtre. Coup sur coup, il compose Le Cloître (1900) et Philippe II (1901), pièces très différentes des Aubes (1898).
Immense succès sur les scènes européennes, Le Cloître donne à voir et à entendre la tardive confession publique du parricide commis par Dom Balthazar. Son aveu menace presque de dissolution la communauté monastique qu'il a choisie.
Philippe II plonge au coeur de la légende noire qui alimenta en Belgique la conscience nationale et prolonge l'intérêt du Romantisme européen pour la figure de l'infant. La pièce se concentre en effet sur le conflit qui oppose le fils de Charles Quint à son propre fils, Don Carlos.
Deux pièces marquées par le meurtre et le parricide, donc. Deux pièces mêlant vers et prose. Deux pièces centrées sur le choc des ambitions individuelles et des raisons collectives, qu'il s'impose de redécouvrir.
Acheter

Des lueurs du fleuve à la lumière de la peinture : Emile Verhaeren et les siens

Volume composé par Marc Quaghebeur et Christophe Meurée ; avant-propos de Rudy Demotte ; introduction de Marc Quaghebeur
Fruit d'un travail scientifique mené depuis des décennies par les Archives & Musée de la Littérature, ce livre n'entend pas accabler le lecteur de références mais l'amener à entrer de plain-pied, et dans la Joie, au coeur d'une Oeuvre-Vie qui fut celle du dialogue des Arts et des Mots.
Acheter

Histoire, forme et sens en littérature : La Belgique francophone : tome 1 : L'engendrement (1815-1914)

La Belgique ? Une entité pas comme les autres en Europe. La révolution de 1830 accouche d’un pays moderne. Il ne correspond pas à l’équation Langue/État/Nation.
De cette particularité surgit, en un demi-siècle seulement, la première littérature francophone consciente d’elle-même et porteuse de chefs-d’œuvre dans lesquels s’inventent des Formes issues de cette Histoire singulière.
Cette jeune littérature, qui émerge dès les années suivant la bataille de Waterloo et le Congrès de Vienne, se révèle très vite d’une grande richesse.
Dans ce premier tome d’une série de cinq, on comprendra combien les textes littéraires belges du XIXe siècle se démarquent subtilement ou ouvertement des modèles français : transgénérique et carnavalesque chez De Coster, mais aussi première fiction coloniale chez Nirep ; hantise du pictural chez Verhaeren ; questionnement de la langue chez Maeterlinck ; persistance du mythe nordique dans le dernier Eekhoud, dix ans après l’armistice de 1918 ; recours à la science-fiction chez Rosny.
Les mythes, les hantises, les singularités de cette littérature trament une cohérence que ce livre restitue ; une plongée nouvelle dans l’Histoire et l’historiographie littéraire, au-delà de l’approche canonique traditionnelle.

Les lettres du désir : correspondance et création en Belgique : 1880 - 2010 : [catalogue de l'exposition présentée à la Bibliotheca Wittockiana du 25 octobre 2012 au 27 janvier 2013]

Catalogue établi par Marc QUAGHEBEUR, et Véronique JAGO-ANTOINE ; avec la collaboration de Fabrice VAN DE KERCKHOVE, Alice PIEMME et Nadine VANLEEMPUTTEN
Acheter

Correspondance générale II : Emile et Marthe Verhaeren, Richard et Ida Dehmel, Rainer Maria Rilke : 1905 - 1925

Edition présentée, établie et annotée par Fabrice van de KERCKHOVE
Secrétaire de Rodin, Rilke fait en novembre 1905 la connaissance de Verhaeren, qui avait dédié au sculpteur le premier de ses grands recueils vitalistes : Les Forces tumultueuses(1902). L’admiration qu’il voue dès l’abord à la figure simple et robuste du poète belge ne se démentira jamais. La correspondance croisée des deux écrivains est ici publiée pour la première fois dans son intégralité. On y a joint celle que Verhaeren entretient à la même époque avec l’écrivain auquel on le comparait le plus souvent en Allemagne: Richard Dehmel, L’incarnation du poète Jugendstil, qui fut aussi le mentor de Rilke avant que celui-ci ne se mette à l’école de Rodin.
publications plus anciennes