Fernand Crommelynck [BE] (1886-1970) (3 trouvées)

Acheter

Histoire, forme et sens en littérature : La Belgique francophone : tome 2 : L'ébranlement (1914-1944)

L'invasion allemande d'août 1914 suscite en Belgique un véritable sentiment patriotique qui se manifeste par la résistance imprévue de l'armée belge. À Noël 1914, les troupes impériales sont enlisées dans les plaines de la rive droite de l'Yser.
Le viol de la neutralité belge comme les violences de la soldatesque déchaînent un sentiment antiallemand qui anéantit du jour au lendemain l'admiration vouée jadis par les Belges à l'Allemagne. Ce rejet concerne dès lors tout ce qui touche à la culture germanique. Or, l'adoption du suffrage universel pour les hommes au sortir du conflit met progressivement fin à la " Belgique française ".
Ce deuxième tome de la série Histoire, Forme et Sens en Littérature : La Belgique francophone aborde l'impact de ces événements sur les grands auteurs de l'époque léopoldienne. Ensuite, il s'attache, à travers la nouvelle génération d'écrivains, à l'affirmation du fantastique réel chez un Hellens ou un Thiry, ainsi qu'aux novations langagières et formelles des Michaux, Nougé, Plisnier ou Crommelynck. Il dialectise ces esthétiques souvent remarquables avec l'hypostase de plus en plus exacerbée de la langue française et de la France, portée à son acmé par le Manifeste du lundi. Il rend également compte de la mise en place d'une historiographie littéraire bien plus complexe que les simplifications du Manifeste.
Portée par les fourgons de la défaite de mai 1940, la reviviscence du mythique chez Maeterlinck, Ghelderode, Hergé ou Nothomb surgit comme une réponse très belge à la faillite du réel. Les contrepoints de Victor Serge à l'égard des deux conflits mondiaux le confirment à leur manière.
Acheter

Vers le théâtre : écrits 1950-1992

Dans ces textes, souvent inédits ou introuvables, Paul Willems évoque les moments privilégiés où s’est révélé à lui le secret “doux et terrible” de l’univers ; mais aussi le dialogue avec ses écrivains favoris, de Li Po à Apollinaire, de Schnitzler à Césaire, de Crommelynck à Sigrid. Il rend hommage à un metteur en scène complice dans un sketch burlesque, et réfléchit sur le langage dramatique, sur les traditions du théâtre d’Extrême-Orient ou sur la fonction religieuse de l’art comme cérémonial.

Fernand Crommelynck: une dramaturgie de l'inauthentique

Au fil d’une analyse fondée sur les catégories du corps, du regard, du masque et de la parole, l’auteur révèle la construction minutieuse de l’œuvre de Crommelynck, foncièrement théâtrale dans son principe. Une façon contemporaine de décrypter un auteur secret et déroutant, jusqu’ici exploré hors dramaturgie.