Maurice Maeterlinck [BE] (1862-1949) (7 trouvées)

Acheter

Histoire, forme et sens en littérature : La Belgique francophone : tome 2 : L'ébranlement (1914-1944)

L'invasion allemande d'août 1914 suscite en Belgique un véritable sentiment patriotique qui se manifeste par la résistance imprévue de l'armée belge. À Noël 1914, les troupes impériales sont enlisées dans les plaines de la rive droite de l'Yser.
Le viol de la neutralité belge comme les violences de la soldatesque déchaînent un sentiment antiallemand qui anéantit du jour au lendemain l'admiration vouée jadis par les Belges à l'Allemagne. Ce rejet concerne dès lors tout ce qui touche à la culture germanique. Or, l'adoption du suffrage universel pour les hommes au sortir du conflit met progressivement fin à la " Belgique française ".
Ce deuxième tome de la série Histoire, Forme et Sens en Littérature : La Belgique francophone aborde l'impact de ces événements sur les grands auteurs de l'époque léopoldienne. Ensuite, il s'attache, à travers la nouvelle génération d'écrivains, à l'affirmation du fantastique réel chez un Hellens ou un Thiry, ainsi qu'aux novations langagières et formelles des Michaux, Nougé, Plisnier ou Crommelynck. Il dialectise ces esthétiques souvent remarquables avec l'hypostase de plus en plus exacerbée de la langue française et de la France, portée à son acmé par le Manifeste du lundi. Il rend également compte de la mise en place d'une historiographie littéraire bien plus complexe que les simplifications du Manifeste.
Portée par les fourgons de la défaite de mai 1940, la reviviscence du mythique chez Maeterlinck, Ghelderode, Hergé ou Nothomb surgit comme une réponse très belge à la faillite du réel. Les contrepoints de Victor Serge à l'égard des deux conflits mondiaux le confirment à leur manière.
Acheter

Histoire, forme et sens en littérature : La Belgique francophone : tome 1 : L'engendrement (1815-1914)

La Belgique ? Une entité pas comme les autres en Europe. La révolution de 1830 accouche d’un pays moderne. Il ne correspond pas à l’équation Langue/État/Nation.
De cette particularité surgit, en un demi-siècle seulement, la première littérature francophone consciente d’elle-même et porteuse de chefs-d’œuvre dans lesquels s’inventent des Formes issues de cette Histoire singulière.
Cette jeune littérature, qui émerge dès les années suivant la bataille de Waterloo et le Congrès de Vienne, se révèle très vite d’une grande richesse.
Dans ce premier tome d’une série de cinq, on comprendra combien les textes littéraires belges du XIXe siècle se démarquent subtilement ou ouvertement des modèles français : transgénérique et carnavalesque chez De Coster, mais aussi première fiction coloniale chez Nirep ; hantise du pictural chez Verhaeren ; questionnement de la langue chez Maeterlinck ; persistance du mythe nordique dans le dernier Eekhoud, dix ans après l’armistice de 1918 ; recours à la science-fiction chez Rosny.
Les mythes, les hantises, les singularités de cette littérature trament une cohérence que ce livre restitue ; une plongée nouvelle dans l’Histoire et l’historiographie littéraire, au-delà de l’approche canonique traditionnelle.

Les lettres du désir : correspondance et création en Belgique : 1880 - 2010 : [catalogue de l'exposition présentée à la Bibliotheca Wittockiana du 25 octobre 2012 au 27 janvier 2013]

Catalogue établi par Marc QUAGHEBEUR, et Véronique JAGO-ANTOINE ; avec la collaboration de Fabrice VAN DE KERCKHOVE, Alice PIEMME et Nadine VANLEEMPUTTEN
Acheter

Présence - Absence de Maurice Maeterlinck: Colloque de Cerisy, 2-9 septembre 2000

Actes publiés sous la direction de Marc QUAGHEBEUR
Colloque du 1er au 9 septembre 2000 à Cerisy-la-Salle, réalisé à l’initiative de Christian Angelet (Fondation Maeterlinck), de Christian Berg (Université d’Anvers) et de Marc Quaghebeur (AML).
De nombreuses approches nouvelles sur l’ensemble du corpus. contient en outre un inédit de Cyriel Buysse, En auto avec les Maeterlinck (traduction française d’Adrienne Fontainas) et un témoignage de Pierre Debauche.
Acheter

Carnets de travail : 1881 - 1890 : [tomes 1 et 2]

Maurice MAETERLINCK; édition établie et annotée par Fabrice VAN DE KERCKHOVE
La série s’ouvre, dès 1881, avec le journal que le jeune étudiant en droit tient de façon sporadique dans un cahier d’écolier. Très vite le journal tourne au carnet d’écrivain, puisque Maeterlinck y note avant tout ses projets littéraires. À partir de 1886, il ne se sépare plus d’un agenda de poche, où il accumule notes de lecture, esquisses de scénario, schémas de rimes, idées de répliques ou de vers.

Deux volumes, avec un cahier d’illustrations inédites de trente-deux pages et un index général des titres et des noms.
publications plus anciennes