Modernité (2 trouvées)

Acheter

Résilience et Modernité dans les Littératures Francophones : Tome 1 [et] Tome 2

sous la direction de Marc QUAGHEBEUR
"Après "Violence et Vérité" (2013) puis "Sagesse et Résistance" (2018), ces deux tomes constituent une nouvelle approche transversale des littératures francophones. Et ce, par le biais d’un nouveau couple conceptuel : Résilience et Modernité.
Le processus de résilience ne se limite pas au traitement des cas de détresse individuels mais se révèle pertinent dans l’analyse des textes littéraires. Boris Cyrulnik insiste toutefois sur la différence entre parole et écriture.
La modernité accompagna la création et l’expansion de la civilisation industrielle. Elle s’y profila avec un très net caractère d’intransitivité. Elle fit partie des chocs et traumas inhérents aux processus coloniaux.
Selon les pays concernés et leur Histoire, elle génère des types de résilience. Et d’autant plus que, pour tous, la France incarna longtemps le paradigme de la modernité.
Un grand nombre d’oeuvres venues des Francophonies du Nord, d’ Afrique ou des Caraïbes font l’objet des analyses de ces deux volumes. Elles plongent aussi bien dans les génocides que dans les guerres de libération, dans le sort fait aux femmes ou aux immigrés, que dans les formes de ré-habitation de la langue française.
Ces deux tomes contribuent donc à une perception renouvelée de
l’aujourd’hui et des Francophonies culturelles mais aussi au travail sur
La Mémoire, l’Histoire, l’Oubli cher à Paul Ricoeur.
Acheter

Histoire, forme et sens en littérature : La Belgique francophone : tome 1 : L'engendrement (1815-1914)

La Belgique ? Une entité pas comme les autres en Europe. La révolution de 1830 accouche d’un pays moderne. Il ne correspond pas à l’équation Langue/État/Nation.
De cette particularité surgit, en un demi-siècle seulement, la première littérature francophone consciente d’elle-même et porteuse de chefs-d’œuvre dans lesquels s’inventent des Formes issues de cette Histoire singulière.
Cette jeune littérature, qui émerge dès les années suivant la bataille de Waterloo et le Congrès de Vienne, se révèle très vite d’une grande richesse.
Dans ce premier tome d’une série de cinq, on comprendra combien les textes littéraires belges du XIXe siècle se démarquent subtilement ou ouvertement des modèles français : transgénérique et carnavalesque chez De Coster, mais aussi première fiction coloniale chez Nirep ; hantise du pictural chez Verhaeren ; questionnement de la langue chez Maeterlinck ; persistance du mythe nordique dans le dernier Eekhoud, dix ans après l’armistice de 1918 ; recours à la science-fiction chez Rosny.
Les mythes, les hantises, les singularités de cette littérature trament une cohérence que ce livre restitue ; une plongée nouvelle dans l’Histoire et l’historiographie littéraire, au-delà de l’approche canonique traditionnelle.