• Vous êtes ici :
  • Actualités

Dépouillement du Fonds Gaston Compère

Gaston Compère devant sa machine à écrire

Homme de lettres majeur de la deuxième moitié du XXe siècle, Gaston Compère (Conjoux, 1924 – Bruxelles, 2008) s'est imposé dans le monde littéraire francophone par la richesse et la variété de sa création littéraire. Tour à tour délicate ou lourde, érudite ou grotesque, son écriture joue avec les contrastes, naviguant librement entre les genres sans s’embarrasser des conventions. Reconnue par de nombreux prix (Prix Jean Ray en 1975, Grand prix biennal des littératures francophones en 1989, Grand prix de la Société des gens de lettres en 2002) son oeuvre est essentiellement connue au travers de ses romans et de sa poésie. Cependant, cet auteur prolifique ne s'est pas limité à ces deux domaines, abordant non seulement les textes dramatiques – il est l'auteur d'une thèse sur le théâtre de Maeterlinck – mais également la musique – à laquelle il portait un amour immodéré – et les arts visuels.

Faisant suite aux nombreux manuscrits que l'auteur avait donnés de son vivant, les archives léguées par sa veuve, Lucie Compère, (cote ISAD 00030) constituent un ensemble foisonnant de documents et d'objets personnels de l'auteur. Trois parties du fonds ont été dépouillées afin de les rendre accessibles au public. Conservant une constellation d'inédits, celles-ci offrent une opportunité exceptionnelle d'élargir l'horizon créatif de l'auteur. Outre les archives littéraires (cote ISAD 00030/0001), ce fonds révèle également deux domaines moins connus de l'auteur : son oeuvre musicale (cote ISAD 00030/0002) et graphique (cote ISAD 00030/0003).

La partie littéraire se distingue par de nombreux manuscrits de fiction, de poésie et d'attachants récits pour l'enfance. Par ailleurs, la présence de textes autobiographiques et de carnets de notes personnels, dont certains illustrés par l'auteur, offrent un accès à la genèse de son écriture féconde. Les pièces de théâtre et les adaptations de dramaturges étrangers comme Christophe Durang, William Shakespeare ou Macchiavelli font la part belle aux arts du spectacle.

L'oeuvre musicale abonde – plus de soixante pièces, essentiellement manuscrites – donnant la mesure de son travail de compositeur. Ces pièces ont été composées pour un accompagnement au piano mais également pour voix, violoncelle ou orchestre. Gaston Compère, en savant alchimiste, mêle poésie et écriture musicale et multiplie les références ou hommages (Jacques Boland, Maurice Maeterlinck, Louis Aragon, Paul Emond ou Marcel Thiry).

Enfin, l'axe créatif le plus méconnu de l'auteur est certainement sa production graphique. Certains carnets de croquis dévoilent des personnages solitaires, des écoliers rêveurs en salle de classe alors que La joyeuse anthologie musicale, composée de dessins à l'encre rehaussés de couleur est pleine d'énergie, d'humour et tendresse. L'exploration de l'auteur ira jusqu'à la conception de collages de plus grand format réalisés à partir de découpages de magazines en couleur. Ces derniers expriment un fort anticléricalisme et le thème obsessionnel de la femme dénudée.

Loin d'être éclatée, cette variété d'écritures et de supports, nourrit l'ensemble de l’oeuvre et témoigne de la créativité plurielle de Gaston Compère.

Pour des informations supplémentaires sur l’homme et le créateur multiforme, voir la bio-bibliographie et la bibliographie. Enfin, les documents numérisés ci-après donnent un aperçu des différentes facettes de l'oeuvre de Gaston Compère.