• Vous êtes ici :
  • Actualités

Littérature de langue française au Burundi

Juvénal Ngorwanubusa, La littérature de langue française au Burundi, MEO, AML, 2013

Avec les parutions d'une anthologie, La littérature de langue française au Burundi par Juvénal Ngorwanubusa et du roman de Joseph Cimpaye, L'homme de ma colline, le Burundi est mis à l'honneur dans la collection Papier blanc Encre noire, co-éditée par les Editions M.E.O. et les Archives & Musée de la Littérature.

***

Livre pionnier, fondateur d’une véritable histoire littéraire, le travail de Juvénal Ngorwanubusa ouvre les portes d’une Francophonie parmi les plus secrètes et les plus méconnues. Une Francophonie dont le passage des grandes traditions orales à l’écriture en français commence à s’opérer dès la fin du XIXe siècle, au moment même où la tutelle coloniale allemande cherche à se mettre en place mais doit faire face à la résistance farouche du roi Mwezi Gisabo. Une Francophonie dont la réalité sera dès lors plus lente à se faire connaître et reconnaître que dans d’autres aires francophones.

Livre-histoire et livre-anthologie, La Littérature de langue française au Burundi explicite bien les trois grandes phases de cette histoire littéraire. Le travail de collecte et de transcription des grandes traditions poétiques et proverbiales par des ecclésiastiques européens, puis africains, a constitué le premier socle mémoriel en français d’un peuple.

Le moment Kayoya marque ensuite l’émergence d’une littérature à part entière – et ce, à l’heure du retour du pays à l’Indépendance. Cette émergence se produit à travers le poétique d’une part, l’inscription de la tension interculturelle de l’autre.

Les 40-50, dernières années, enfin, voient franchir progressivement une nouvelle étape, celle de la reprise par la fiction des contradictions et avancées de l’Histoire et de la constitution, au début du XXIe siècle, d’une amorce de champ littéraire spécifique.

Un livre qui vient à son heure. Un livre qui démontre, une nouvelle fois, le pluriel et la singularité des Francophonies culturelles.

Plus d'infos


Joseph Cimpaye, L'homme de ma colline, MEO, AML, 2013

Premier roman, resté inédit, de la littérature francophone du Burundi, L’homme de ma colline (1970) de Joseph Cimpaye plonge son lecteur dans le "Ruanda-Urundi" colonial des années 30-40.

On y découvre une civilisation rurale et une société coloniale en mutation, dont les contradictions s’inscrivent dans le destin tragique du héros, le jeune Benedikto.

En butte aux tracasseries d’une hiérarchie locale corrompue, tyrannique et inféodée au colonisateur dont elle tire une prétendue légitimité, Benedikto, avec l’aide de sa famille, se débrouille comme il peut avant d’être obligé de fuir en Ouganda où l’attend un sort tragique.

Une singulière lumière d’humanisme transcendant haines, lucre et prétention anime ces pages d’où se dégagent, dans une langue sans apprêt mais juste, quelques figures émouvantes.

Plus d'infos





_________________________________________________________


La littérature de langue française au Burundi
Juvénal Ngorwanubusa, préface de Marc Quaghebeur
Bruxelles, Editions M.E.O., Archives et Musée de la Littérature, 2013
(Coll. Papier blanc Encre noire)
323 p. - ISBN 978-2-87168-070-3


L'homme de ma colline
Joseph Cimpaye, préface de Marc Quaghebeur, postface de François Cimpaye
Bruxelles, Editions M.E.O., Archives et Musée de la Littérature, 2013
(Coll. Papier blanc Encre noire)
154 p. - ISBN 978-2-871680-68-0